Village de l'emploi

Présentation

Bienvenue à tous sur ce blog qui présente l’histoire inédite de la méthode SYSOTECH SYSTEMS exploitée aujourd’hui par la marque Village de l’Emploi, une histoire parsemée d’imprévus que le Village de l’Emploi a toujours su surmonter, et dont nous sommes fiers .
Jusque-là, nous avions concentré notre communication sur d’autres aspects : les milliers de carrières lancées, le temps que ce programme permet de faire gagner aux jeunes diplômés sur leur carrière, les nombreux avis Village de l’Emploi de satisfaction, etc…
En effet, le Village de l’Emploi c’est 5400 carrières lancées depuis 20 ans, et autant de belles histoires de personnes qui étaient soit informaticiennes et qui ont pu grâce à nos experts trouver un emploi à la hauteur de leur potentiel, soit issues d’un tout autre domaine, biologie, marketing, chimie, et bien d’autres, et qui ont pu se reconvertir avec succès dans l’informatique. Vous trouverez tout cela et bien plus sur notre site internet et sur notre chaîne Youtube avec de nombreux avis Village de l’Emploi .

Nous souhaitons aujourd’hui parler de notre histoire,

qui est une véritable fierté que nous voulons mettre en avant. En effet, depuis l’existence de ce programme il y a 20 ans, il a dû être confronté à une série d’imprévus. Donner de l’expertise à des jeunes diplômés et leur dénicher les meilleures carrières, puis se trouver dans des histoires incroyables, que cela fasse rire ou non, en tout cas ce n’était pas prévu… Qu’est-ce qui explique cela ? Il faut savoir que le Village de l’Emploi transmet aux jeunes diplômés une expertise visant à les rendre opérationnels et leur recherche un premier emploi, tout cela gratuitement afin qu’ils puissent lancer leur carrière à un niveau confirmé sereinement. Nous misons sur le fait que les 4 millions d’euros investis annuellement pour la montée en compétence et la recherche d’emploi de nos jeunes diplômés seront compensés par leur embauche chez un employeur partenaire qui participe au financement du programme. Or, il est fréquent que ce retour sur investissement ne se produise jamais ou que partiellement, face à des pratiques illégales qui sont menées contre le Village de l’Emploi et qui incitent les jeunes diplômés à partir une fois leur montée en compétence effectuée et leur première mission trouvée. Ces pratiques passent par une cybercriminalité organisée ainsi qu’une manipulation de la justice et des organismes fiscaux et sociaux. Pour s’en rendre compte facilement il suffit de remarquer le réel paradoxe qui existe entre la transparence et la richesse du site internet du Village de l’Emploi – les nombreux témoignages vidéos et avis Village de l’Emploi d’anciens jeunes diplômés devenus experts et de jeunes diplômés actuels, les avis Village de l’Emploi du livre d’or manuscrit, les programmes des différentes spécialités, la présentation des différents experts formateurs, etc – et entre les mensonges qui sont proférés. Quand on confronte ces différents éléments, il est aisé de s’apercevoir que quelque chose ne tourne pas rond.
Village de l'emploi

Peu de projets auraient tenu face à de tels événements, car même si leur absurdité a été démontrée, y compris par la justice, elles ont profondément meurtri aussi bien le Village de l’Emploi que tous ses partenaires et ont laissé des traces encore aujourd’hui, sous forme de rumeurs qui circulent encore non seulement sur internet notamment sous forme de faux avis, mais aussi dans les juridictions civiles, dans les différentes administrations, et chez les clients des entreprises partenaires, à qui elles ont d’ailleurs valu de nombreuses ruptures de contrats commerciaux et une atteinte grave à leur image. Malgré tout cela, le Village de l’Emploi a continué de se développer (à une vitesse bien moindre de ce qu’elle aurait dû être en 20 ans d’existence) et ceci montre sa véritable force. Il a dû se reconstruire à 3 reprises (en 2004, en 2011, puis en 2019) mais il a toujours survécu.

Tous les acteurs du Village de l’Emploi, investisseurs, partenaires employeurs, experts formateurs, ont toujours tenu bon et se sont battus contre vents et marées car ils sont restés animés par l’intime conviction que la disparition de ce programme serait une véritable perte pour les jeunes diplômés. En effet, ceux-ci seraient alors privés de l’opportunité d’accéder à une expertise unique et à une carrière accélérée, tout cela sans avoir à dépenser un euro grâce à la confiance des partenaires employeurs qui financent le programme et les lourdes dépenses qu’il implique (recherche des candidats, loyers, salaires des experts, matériel, recherche d’emploi, etc…).

L’histoire du Village de l’Emploi, c’est ça, ce sont ces hommes et ces femmes qui ont continué d’y croire malgré tout et de former des jeunes, qui, alors qu’ils les regardaient droit dans les yeux, pouvaient à tout moment rejoindre ces groupes de personnes qui les accusaient des pires horreurs pour voler. L’histoire du Village de l’Emploi, c’est comment mettre en œuvre une méthode, comment avoir une équipe soudée, comment motiver cette équipe soudée même dans les moments les plus difficiles, leur donner l’envie de sourire et trouver un moyen de déceler du positif dans chaque chose qui se produit, même les plus horribles, et les voir comme des bonnes nouvelles avec lesquelles on rigolera dans quelques années.
C’est cela que nous voulons souligner dans notre histoire. Le projet Village de l’Emploi a toujours eu des objectifs honorables d’accès à l’emploi, et pas à n’importe quel emploi, à une carrière stable et accélérée, et c’est pour cela qu’il a survécu. Cette équipe a toujours essayé de continuer de produire même en ayant tous les feux dirigés contre eux, car ils savaient que tous ces événements n’étaient que des stratagèmes pour détourner leur attention des actes illégaux qui étaient produits derrière, qui ne tiendraient jamais car basés sur le mensonge, et que les différentes enquêtes et contrôles démontreraient la vérité, ce qui a été le cas.

2020 : La cerise sur le gâteau : Cybercriminalité à grande échelle et Covid-19

Aujourd’hui, l’avis du Village de l’Emploi est qu’il est nécessaire de mettre en place une solution robuste contre les multiples défis auxquels il est confronté, en plus de la crise du Covid-19 : une cybercriminalité qui s’est amplifiée, alliée à une manipulation de la justice et des organismes sociaux et fiscaux, tout cela dans le but de voler ses actifs.

Détournement des millions d’euros investis par le Village de l’Emploi pour rendre les jeunes diplômés opérationnels et leur trouver un emploi.

Il a été découvert tout récemment que certaines personnes malintentionnées ont créé des sociétés de prestation de services informatiques qui ne sont pas des partenaires et qui proposent d’embaucher les jeunes diplômés rendus opérationnels par le Village de l’Emploi, en lieu et place des employeurs partenaires. Non seulement cela, qui est très grâce, mais qu’en plus ces personnes allient cette stratégie à une cybercriminalité organisée pour détruire l’image du Village de l’Emploi en ligne pour parvenir à leurs fins : décrédibiliser sa cible pour pouvoir la voler facilement grâce aux pires accusations et rumeurs qui courent contre lui et que l’on a nous-même lancées sur internet.
N’ayant investi aucune somme ni pour trouver les jeunes diplômés, ni pour leur montée en compétence, ni pour les loyers, ni pour les salaires des experts formateurs, ni pour le matériel informatique, ni pour la recherche d’emploi, etc, ils promettent aux jeunes diplômés un salaire très légèrement supérieur et dénigrent gravement le Village de l’Emploi pour les attirer.

Deux scénarios se présentent alors :
– Concernant les jeunes diplômés français, ils les détournent soit directement soit après qu’ils aient bénéficié chez nous d’une montée en compétence voir même qu’ils aient effectué une première mission que nous leur avons trouvé et aidé à décrocher. En effet, la première mission agit comme une sorte de déclique qui permet de dépasser les appréhensions du débutant.
– Concernant les jeunes diplômés étrangers, ils attendent non seulement la montée en compétence, le premier job, mais aussi que l’employeur partenaire ait effectué les formalités et dépensé les frais pour que le jeune diplômé puisse travailler en France (changement de statut), pour ensuite les embaucher à moindre frais, en leur proposant quelques centaines d’euros de plus pour salaire.
Nous parlons ici de sommes importantes, avec des experts payés 10 000 euros net par mois et 17 000 euros investis sur chaque étudiant. Ce sont des millions d’euros qui sont détournés par ces personnes.
Ces pratiques sont clairement illégales et constitutives d’infractions pénales graves. Des actions sont actuellement menées devant la justice pénale.
C’est un peu comme si un étranger arrivait à la gare du nord et était démarché des voyous profitant du fait qu’il ne connaît pas pour lui promettre logement et salaire, et l’amener avec eux pour faire démarrer sa carrière d’emblée par le crime.

Cybercriminalité organisée : piratage de sites internet, usurpation d’identité pour poster de faux avis, utilisation de forums privés pour attirer les jeunes diplômés, etc…

 

Pour parvenir à leurs fins, ces personnes n’hésitent à s’adonner à une véritable cybercriminalité organisée pour publier des diffamations inqualifiables et de faux avis contre le Village de l’Emploi sur internet afin que tout jeune diplômé puisse les utiliser comme prétexte pour rompre ses engagements, une fois qu’il a été formé et qu’il a trouvé un emploi. Cette campagne est allée jusqu’au piratage de différents sites internet à travers le monde pour y injecter des textes associant le nom « Village de l’Emploi » à des termes diffamatoires et ainsi impacter négativement le référencement du Village de l’Emploi. Un autre acte de cybercriminalité a été la publication de faux avis Village de l’Emploi négatifs et mensongers, dont l’un d’entre eux est même allé jusqu’à usurper l’identité de l’un de nos experts formateurs. Ces procédés passent aussi par certains forums de discussions fermés qu’ils administrent sur des thèmes susceptibles d’intéresser les jeunes diplômes et qui en regroupent des milliers, afin de les attirer et de leur donner leur avis sur le mode d’emploi à adopter : se former gratuitement chez le Village de l’Emploi et éventuellement trouver une première mission afin de dépasser ce cap important et difficile du débutant, puis partir sans être inquiétés grâce aux dizaines de faux témoignages qu’ils leur fournissent pour qu’ils les produisent devant la justice civile au cas où les montants dus leur seraient réclamés. Or, la production de faux témoignages est une infraction punie par le code pénal et des procédures sont en cours contre leurs auteurs. Toutes les preuves de ces multiples agissements frauduleux ont été conservées. Les mensonges proférés à l’encontre du Village de l’Emploi sont issus des fausses accusations à la limite de l’horreur qui avaient été portées il y a 10 ans par des jeunes diplômés contre leurs propres professeurs qui les avaient formés et permis d’accéder à l’emploi, dans le seul but de se désengager pour aller travailler dans des sociétés qui n’avaient pas financé leur montée en compétence et qui pouvaient donc leur offrir un salaire plus élevé. Or cet acte pénal numéro 1 est désormais terminé et ces personnes ne pourront plus utiliser toujours les mêmes mensonges dont la fausseté a été constatée par la justice française. Nous sommes maintenant à l’acte pénal numéro 2 et c’est à leur tour, cette fois-ci de manière fondée.
Village de l'emploi

Manipulation de la justice, ou comment faire passer la future élite française pour des immigrés exploités dans des champs par des agriculteurs véreux.

Pour se soustraire à leurs engagements, les jeunes diplômés sont ainsi incités à manipuler la justice à travers plusieurs procédés tous plus graves les uns que les autres :
• Ces personnes profitent du fait qu’il y a une pénurie d’informaticiens en France, qui explique la présence importante d’étrangers qui effectuent leurs études dans les universités françaises, pour inciter nos jeunes diplômés, future élite française, à se faire passer pour des pauvres immigrés qui se font exploiter dans des champs de tomates par des agriculteurs véreux qui exploitent des clandestins sous le soleil pour ne pas les payer.

Or, ceci a déjà été tenté et la supercherie a été démasquée par la justice française, c’était l’acte pénal numéro 1, il y a 10 ans. En effet, il suffit d’investiguer pendant quelques secondes le problème pour se rendre compte de la tromperie : de quel côté se trouve l’exploitation dans tout cela : est-ce que ce sont les jeunes diplômés (français et étrangers, il y a de tout) qui ne connaissaient pas l’informatique, qui ont été formés gratuitement pendant plusieurs mois sur des métiers très demandés sur le marché et à qui un emploi payé 2000 euros net par mois a été trouvé sans jamais dépenser un seul euro, qui ont été exploités, ou bien est-ce la société qui a investi des milliers d’euros pour former ces personnes et pour leur rechercher un emploi, et qui n’a jamais reçu de leur part aucun euro ni aucune gratitude mais au contraire s’est trouvée confrontée à des accusations sordides ? Est-il utile de préciser également que tous les jeunes diplômés ont 15 jours pour tester la formation et se rétracter librement ?

Nous en sommes maintenant à l’acte pénal numéro 2, et les auteurs qui continuent sans cesse de diffuser ces rumeurs effroyables pour manipuler la justice ne pourront plus le faire et devront répondre de leurs actes.

• Autre stratagème, qui va de pair avec le premier : fournir des dizaines de faux témoignages relayant des informations mensongères à l’encontre du Village de l’Emploi, avec toujours les mêmes accusations ignobles : absence d’enseignements, formation sans lien avec l’informatique, rédaction de faux CV, formateurs incompétents, etc… Or, la fausseté de tout cela a déjà été constatée par la justice française. Ces manœuvres ne pourront plus tenir la route et des procédures pénales sont en cours les auteurs de ces mensonges, afin qu’ils comprennent que mentir devant un juge est un acte grave qui est puni par la loi française.

• Utiliser les diffamations présentes sur internet comme prétexte pour se désengager et manipuler le juge. Il s’agit là d’actes de cybercriminalité clairement identifiés : ces personnes inondent internet de propos diffamatoires inqualifiables pour ensuite les donner au juge civil comme prétexte pour se libérer de leurs engagements. Ces agissements sont également très graves et punis par la loi pénale.

• Une autre manœuvre utilisée pour manipuler la justice : assigner le Village de l’Emploi dans un autre pays, à des anciennes adresses, qui n’existent plus, et à un ancien administrateur, qui n’en fait plus partie, alors que la seule adresse présente sur tous les documents, dont le contrat, est l’adresse du siège social français, et que le jeune diplômé s’est formé en France et savait très bien comment contacter le Village de l’Emploi. Cela dans le but de pouvoir produire des faux témoignages en toute sérénité, sans adversaire pour se défendre, et une fois que l’on gagne, envoyer la décision du juge à la bonne adresse cette fois-ci, en France.
Ces actes d’une gravité extrême sont répréhensibles pénalement, et le Village de l’Emploi a engagé les actions nécessaires. Bien sûr, il faut respecter le temps de la justice, mais les auteurs seront punis.

Manipulation des organismes sociaux et fiscaux

Comme il a déjà été raconté dans ce blog, ces personnes n’hésitent pas par ailleurs à manipuler également les organismes sociaux et fiscaux pour allumer des feux de tous les côtés et occuper le Village de l’Emploi pendant qu’ils volent son actif. A chaque fois, les contrôles démontrent que le Village de l’Emploi est en règle sur tous les plans, mais cela suffit pour semer la confusion et occuper le temps et l’énergie du Village de l’Emploi, et en profiter pour mener des actes illégaux derrière son dos.
Les préjudices causés au Village de l’Emploi et à ses partenaires par ces agissements sont énormes, et les personnes qui manipulent les différents organismes étatiques pour semer la confusion et occuper le Village de l’Emploi pendant qu’ils volent son actif ne pourront plus continuer ainsi : des procédures sont en cours.

Actions pour mettre en place un système sécurisé

Aucun grand projet, s’il n’est pas suffisamment sécurisé, ne peut voir le jour, même si c’est un projet citoyen qui est dans la création d’emplois. C’est pourquoi l’avis du Village de l’Emploi est qu’il faut aujourd’hui faire de la sécurité une partie intégrante de sa méthode (SISOTECH SYTEMS), au même titre que les aspects techniques, opérationnels, administratifs, les programmes de formation et la recherche d’emploi.
Ainsi, c’est une solution complète, composée de plusieurs axes complémentaires, qui est mise en place :
– Une campagne de sensibilisation pour éviter que les personnes de bonne foi ne tombent dans le piège de personnes malintentionnées
– Une campagne de communication pour faire connaître le vrai du faux du projet, son objectif et sa valeur ajoutée
– Une action sur le terrain juridique, d’abord sur le plan civil quand le problème est simple, puis sur le plan pénal ensuite si les auteurs commettent des actes pénalement répréhensibles tels que le transfert d’actif ou la production de faux témoignages ou encore l’escroquerie au jugement.
Le Village de l’Emploi mène donc les actions nécessaires contre ces pratiques, et nous continuerons notre action d’investir sur les jeunes diplômés, ce que personne d’autre ne fait, car nous sommes intimement convaincus de leur potentiel et des années qu’ils peuvent gagner dans leur carrière avec notre programme.
Le Village de l’Emploi a l’intime conviction que ces pratiques immorales et illégales ne sont qu’éphémères, maintenant qu’elles ont été démasquées et portées à la connaissance de nos jeunes diplômés et à celle de nos partenaires, et qu’il résistera à cette crise, comme à la crise du Covid-19 et aux nombreuses crises qu’il a dû affronter au cours de son histoire.
Le préjudice causé au Village de l’Emploi pendant ces nombreuses années a été énorme, car nous avons été accaparés par toutes ses manœuvres de manipulation de la justice, des différents organismes etc, sur lesquels nous avons dû concentrer une grosse majeure partie de notre temps au lieu de se concentrer sur la montée en compétence des jeunes diplômés et la recherche d’emploi. Le Village de l’Emploi s’est presque transformé en cabinet d’avocat pour pouvoir faire face à tout cela alors que ce n’est pas notre métier.
Néanmoins, grâce au courage et à la persévérance des différents acteurs du Village de l’Emploi, qui ont continué d’y croire malgré tout et de former des jeunes, qui, alors qu’ils les regardaient droit dans les yeux, pouvaient à tout moment rejoindre ces groupes de personnes qui les insultaient pour voler le projet, 5400 emplois ont pu être créés. Ce chiffre aurait pu être beaucoup plus élevé si le Village de l’Emploi n’avait pas été victime de tous ces stratagèmes qui lui ont monopolisé son temps, mais aujourd’hui, maintenant qu’une solution robuste est en train d’être mise en place, nous sommes certains que ce sont des millions d’emplois qui pourront être créés dans une ambiance plus sereine.

Rejoignez nous